Sagres


beauté mystique et sauvage

Carrefour de chemins entre la Méditerranée et l’Atlantique, Sagres ostente une beauté mystique et sauvage. Ses falaises théâtrales qui envahissent la mer, son histoire capitale dans l’épopée des Grandes Découvertes, ainsi que son héritage en tant que lieu de culte depuis la période néolithique, lui accordent une dimension épique.
Situé sur le point le plus au sud-ouest du Vieux Continent, distant du reste du monde, Sagres a maintenu intactes ses traditions, ses coutumes et ses dizaines de kilomètres de plages désertes. Un scénario paradisiaque pour la pratique d’une grande variété de sports, notamment le trecking, la pêche, la plongée, la voile, la planche à voile, le kite surf, le bird watching et … le SURF.

En effet, Sagres – capitale du surf par excellence et accueillant plusieurs championnats et festivals – considéré comme l’une des meilleures destinations européennes pour la pratique de ce sport, en modalité pro ou amateur. C’est en effet la seule région portugaise possédant deux côtes – la méridionale et l’occidentale. La première, composée de criques et de baies, produit des vagues relativement douces, étant ainsi idéale pour les débutants. Au contraire, la deuxième, destinée aux surfeurs plus aguerris, est recoupée et composée de falaises, pourvues de plages qui se confrontent à la force de tout l’Atlantique et, en tant que tel, produisent des vagues pouvant atteindre 5 m. Les différentes écoles de surf reconnues, éparpillées dans la ville, l’accumulation de jeunes aux cheveux longs et blonds, les peaux bronzées déambulant dans les bars thématiques, la circulation inhabituelle de nombreuses Camper VW pleines de planches et l’ambiance festive et musicale sont une constante pour les visiteurs de ce paysage sauvage et éblouissant.

C’est ici, sur ces terres où les gens sont encore très attachés à la mer, que l’on trouve les meilleurs fruits de mer, notamment les pouce-pieds. Ces crustacés, d’aspect peu séduisant mais terriblement savoureux, peuvent atteindre les 50€/Kg. Et nous en comprenons la raison. La cueillette de ce fruit de mer est une activité qui prend du temps et extrêmement risquée, restant exclusive de certains pêcheurs aguerris. En effet, les pouce-pieds grandissent sur des pierres glissantes, fouettées de manière incessante par les vagues féroces. C’est entre ces roches irrégulières, avec l’aide d’une simple corde, que les cueilleurs – authentiques guerriers de la mer – descendent pour cueillir le crustacé dans un rythme chronométré entre les vagues. Et grâce à eux, nous pouvons savourer ce mets, qui n’est ni plus ni moins, qu’un authentique baiser de la mer.

goose barnacle

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *